Phèdre

L’image contient peut-être : texte« J’ignore le projet que la reine médite, Seigneur, mais je crains tout du transport qui l’agite ». Dans un silence étouffant, on entend les battements d’un cœur. Obstinément, il lutte pour la vie. Ici commence l’histoire d’une femme traquée que l’amour entraîne en pleine tempête. L’ultime tragédie écrite par Jean Racine, en 1677, c’est ce chef-d’œuvre de la littérature classique, porté par une jeune compagnie théâtrale, tous comédiens talentueux, inventifs, vifs, sous la direction artistique de Philippe Bazatole.

Quand la passion mène à la destruction : vous assisterez à cette passion amoureuse interdite, aux conséquences tragiques.
Avec une mise en scène qui ne manque pas d’imagination et vise juste, une interprétation portée par le souffle racinien, le texte intégral, joué à la manière de Patrice Chéreau, le côté dramatique en moins, ne pourra que vous séduire.
Gageons que ce spectacle puisse toucher l’ignorant et le spécialiste, le débutant et le connaisseur.

20161115_191622.jpg20161115_191512.jpg

Ce que dit la presse :
« Il y a tout dans Phèdre, les ravages du désir et la mise à sac de tous les tabous. Philippe Bazatole s’attaque à l’une des pièces réputées les plus difficiles du répertoire classique, nourri dans sa scolarité par ces vers, dont il est encore capable aujourd’hui de réciter des tirades entières. Ce qui l’intrigue et le passionne à la fois, c’est la façon dont ces mythes grecs qui nous forgent, nous parlent encore aujourd’hui. Réussir à leur donner vie est une victoire. Loin de la reconstitution historique, on assiste à une pièce moderne, originale et non dénuée de fantaisie. », le metteur en scène, mai 2016

Vous pouvez voir ou revoir cette création :
– au festival « à la bastille » du 1er au 15 août 2017
– aux « Renversantes« , rencontres théâtrales de Voreppe » le 3 décembre 2017
– au « Festiâtre« de Saint Egrève fin janvier 2018 … voir notre agenda.

Durée : 1h55 – à partir de 10 ans
Mise en scène : Philippe Bazatole
Avec Astrid Heymann, Delphine Leroux, Philippe Bazatole, Anne Zouaoui, Lauranne Coignard, Clément Jouanneau et Suzanne Verdet
Costumes : Marieke Richard
Musique originale : Olivia Haviland
Vidéo : Valentin Radlo
Régie lumière : Gislaine Jouanneau

Phèdre pour tous …

Phèdre de Jean Racine est toujours, et depuis de nombreuses décennies, une œuvre inscrite au programme des lycées de série générale, technologique, technique, de la musique et de la danse.

20161115_190222.jpgVous pourrez découvrir notre mise en scène dans notre calendrier.
20161115_190756.jpg


20161122_221747.jpg

Nous sommes à la recherche d’autres lieux et dates pour jouer la pièce intégrale. Merci de nous contacter à cet effet.

Lien vers une présentation vidéo
20161115_183624.jpg

Pourquoi encore Phèdre ?

D’abord la pièce n’est pas jouée tant que cela et encore moins dans sa version intégrale. Ensuite, et surtout, c’est peut-être une évidence, mais cela nous parait important de le répéter : pour faire vivre une pièce de théâtre, il faut la jouer ! C’est le principal hommage qu’on puisse rendre à son auteur. Comment ? Avec quelles intentions ? Dans quel décors ou mise en scène ? Nous allons en parler un peu, mais nous ne vous dirons pas tout pour conserver un peu de surprise et aussi parce que nous ne le savons pas encore totalement nous-même, car nous concevons le théâtre comme une aventure, une histoire d’amour avec un texte qui s’écrit et se réécrit tous les jours jusqu’à … chaque représentation.
14937396_10207492452894816_1254965590126173699_n.jpg

Phèdre sous le signe du désir …

Même si c’est beaucoup moins le cas aujourd’hui, beaucoup de pièces classiques en vers ont longtemps été abordées avec un respect contrit, un souci de la convenance, du bon goût, et des bonnes mœurs qui en édulcoraient souvent le sens et suscitaient parfois l’ennui, voir la somnolence…
A l’inverse, la recherche effrénée de l’originalité, de la nouveauté et de la performance, assorties de coupes sanglantes voir mortelles dans le texte, éveillent peut-être le spectateur  aujourd’hui mais à quel prix pour la vérité historique, voir la compréhension tout court ?
Notre pari est de respecter à la fois l’intégralité du texte, et de dynamiser la mise en scène et le jeu pour que le spectateur ne se souvienne que d’une seule chose : une histoire d’amour intense, merveilleusement écrite, poétique, passionnée et passionnante.20161115_185346.jpg

20161122_205940.jpg
Les comédien(ne)s

Pour pouvoir répondre au mieux aux demandes de représentations futures, beaucoup de rôles sont prévus doublés dès l’origine du projet et des comédiens jouent aussi plusieurs rôles, sans que nous vous en disions plus car c’est  …un secret.

Dans les rôles de Panope et Aricie

Delphine Leroux
Delphine Leroux (Aricie et Panope)
Au collège, Delphine sèche ses cours de grec au profit des cours de théâtre. Les planches de la scène, elle les a d’abord foulées en remportant un radio-crochet avec le tube de Michel Fugain, « Une autre histoire ». L’âme sportive, elle se tourne alors vers la danse modern jazz. Parce que passé 30 ans, un sportif est un has-been, Delphine va améliorer ses performances de nouveau au théâtre en s’engageant avec la Compagnie des Bleus de Sassenage à défaut des Bleus tout court.

Au palmarès :
2010: « Morts de rire », sketches, mise en scène de Katia Juilliard
2011: « Après la pluie » de Sergio Beibel, mise en scène Philippe Bazatole
2012: « Brèves de comptoir » de Jean-Marie Gourio, mise en scène Herve Gardret
2013: « Non Si Paga » de Dario Fo, mise en scène de Philippe Bazatole
2014: « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand, mise en scène de Philippe Bazatole
2014: « Mort accidentelle d’un anarchiste », de Dario Fo, mise en scène de Ch Favaro
2015: Sacha Guitry une paire de gifles, mise en scène de Maud Hasdenteufel
Parce qu’il est trop tard pour fêter ses 30 ans, nous verrons Delphine participer à la célébration des 10 ans des Bleus et des 20 ans d’Emmaüs Sassenage en novembre 2016. Elle va aussi incarner Aricie et Panope dans le classique parmi les classiques de Racine, mis en scène par Philippe Bazatole : « Phèdre ».

Suzanne Verdet
suzanne
découvre le théâtre au collège, avec une adaptation d’histoires courtes de Pierre Gripari. Elle accroche immédiatement et s’inscrit l’année suivante dans un atelier qu’elle suivra pendant trois ans. Au lycée, elle crée un club de théâtre qui reprend des sketchs de la série Kaamelot. Parallèlement, elle se passionne pour la danse qu’elle pratiquera pendant douze ans. Elle a pris quatre ans de cours de guitare et de chant, et a également des notions en basse et piano. Après son bac S, comme … Sérieusement artiste, elle poursuit maintenant à Grenoble une licence Arts du Spectacle, car la scène est sa passion.

dans les rôles d’Oenone et Ismène

Anne Zouaoui
Anne Zouaoui (Oenone et Ismène)
Initiée au théâtre par ses profs de Français du collège Fleming  de Sassenage et du lycée Champollion de Grenoble, elle vit une belle aventure notamment dans Knock de Jules Romain dans le rôle de Mme Rémy, mis en scène par Jacqueline Vial, conseillère d’éducation.
Elle retrouve régulièrement la scène à l’âge adulte pour des spectacles de modern’jazz, de danses orientales ou africaines.
Ce n’est qu’en revenant vivre à Noyarey  qu’elle enchaîne les engagements avec la Cité de Sassenage; dans les cours de Stéphane Peraud (créations : collectif L’Affaire dans le rôle d’une diva déjantée, Comédiens sous surveillance à la Guinguette sur des textes de Florian Zeller et Joseph Conrad), de Laure Pinatel (Turbulences et petits détails de Denise Bonnal dans le monologue de la femme-loup), d’Emmanuelle François (La réunification des deux Corées de Joël Pommerat dans les rôles de Caroline, embrouilleuse de mariage ou de la jeune femme enceinte-rebelle, La Nuit de Valogne d’Eric-Emmauel Schmitt dans le rôle de Mademoiselle de la Tringle)
En 2011, sous la direction de Christian Rannou, elle retrouve la Guinguette dans un spectacle cabaret.
Elle voit son souhait réalisé de jouer un classique avec le projet Phèdre.

Astrid Heymann
Astrid Heymann (Oenone et Ismène)

Ce n’est curieusement pas dans son pays natal, en Allemagne, qu’Astrid se tourne vers le théâtre mais en France, 2 ans après son arrivée à Valence. Elle fait partie de 2 projets montés par le petit théâtre : « les noces des petits bourgeois » de B. Brecht, et « Paroles de femmes » avec les Zigomatiques (1996). A Grenoble, pas question de lâcher le fil, elle essaie d’acquérir des techniques dans divers ateliers avec Yvon Chaix, Benoit Olivier; Stephane Perraud (la Cité) ou récemment avec Alain Bertrand (clown). Pendant un séjour de 3 ans aux US (Chicago 2001 – 2004)) elle fait partie d’une troupe amateur à Western Springs avec un petit rôle dans « The General from America ». C’est avec les Bleus de Sassenage et dans la mise en scène de Philippe Bazatole qu’elle a pu jouer des rôles importants dans « Propriété condamnée » de Tennessee Williams (2006), « 5 filles couleur pêche » d’Alan Ball, « Après la pluie » de Sergi Belbel et « Cyrano » de E. Rostand; autre rôle dans « les 10 petits nègres » de A. Christie, et une lecture jouée « La Séparation » de Véronique Olmi qui était une belle aventure … qui continue avec Phèdre.

Dans le rôle de Phèdre

Lauranne Coignard
Lauranne Coignard (Phèdre)
Enfant, Lauranne suit des cours de théâtre auprès de Catherine Depont (Dreux). Ces cours étaient basés sur l’expression corporelle, le travail à partir de l’improvisation des enfants et la mise en scène de petits textes. Issue d’un milieu artistique (sculpture et peinture), elle grandit dans la philosophie de la libre expression sans notion de compétition (selon les travaux d’Arno Stern). Une fois adulte, elle retourne vers le théâtre en intégrant l’atelier impro mime et théâtre en langue des signes française (Compagnie du Bonheur, Tours) où elle joue dans les adaptations de Repas de famille de Jacques Prévert, un extrait du Malade imaginaire de Molière et La Belle au bois ronflant de Usuario. Elle reprend aussi le violon dans un orchestre à corde amateur. D’abord étonnée de la proposition de Philippe Batazole de jouer dans Phèdre, elle accepte avec plaisir de rejoindre la compagnie Multiplicolore pour le rôle de Phèdre.


Dans les rôles d’Hippolyte et de Thésée

Clément Jouanneau
Clément Jouanneau (Hippolyte et Thésée)
entre à la ligue1pro38 afin de s’initier à l’art de la scène. Habitué jusqu’alors à des petits sketchs de temps à autres et à un rôle de clown qu’il affectionne particulièrement, il prend tout de suite du plaisir dans l’exercice du théâtre d’improvisation. Il y prendra des cours durant cinq années auprès de professionnels comme Thierry Viejo Del Val, Alain Fert, Sylvie Chalubert et Damien Jacquier. Il rejoint la troupe d’improvisation Les Bandits Manchots en 2013 cette fois en tant que professionnel. Il abandonne la voie professionnelle après quelques mois pour se recentrer sur ses études, mais continue sa vie de comédien à nouveau en tant qu’amateur aux Bandits Manchots et à la Ligue1pro38. Il effectue également un stage de clown afin de connaître les bases de cet art.

Intéressé également par le travail devant la caméra, il passe un casting pour la saison 2 de la websérie amateur Black-out . Le courant passe tout de suite avec l’équipe de tournage et il enchaîne alors les projets vidéos avec Thug’z Production (Courts métrages, webséries Warning, Thugy Style,…)
Il a déjà participé à de nombreux spectacles d’improvisations amateurs comme professionnels, et commence à donner des cours en 2015.
Durant l’année 2015-2016, il entre à LATIAG, troupe d’improvisation grenobloise amateur. Il se lance également dans le théâtre classique sous la houlette du metteur en scène Philippe Bazatole dans la célèbre tragédie de Racine : Phèdre.

Aux costumes !

Marieke Richard
564112_491036524247205_809995389_n

habille toute la troupe avec patience et talents. Ses aiguilles se sont déjà affichées dans Burn Aout, création de la compagnie Multiplicolore en 2015.

A la musique !

Olivia Haviland

nous fait le plaisir de collaborer à nouveau avec nous avec une création originale pour ce spectacle. Sur cette même corde, elle avait déjà écrit et joué pour Cyrano de Bergerac, mais elle en a plusieurs sous son archet : http://www.oliviahaviland.fr/

Pour la réalisation du clip vidéo  !

Valentin Radlo
la photo de profil de Valentin Radlo

nous a encore une fois, donné  son temps, et son talent comme pour tout ce qu’il entreprend, et nous le remercions bien bas !

Dans le rôle de Théramène et à la mise en scène

Philippe Bazatole
Philippe Bazatole (Théramène et Mise en scène)
n’a pas de métadiscours sur ce qu’il fait selon un mot de Yasmina Reza.
En  1983, il est recruté  par Jacques Weber pour Spartacus au Théâtre du 8ème de Lyon. S’en suivront quelques années d’intermittence en pointillé, puis une longue absence qui nous le fait réapparaitre auprès de Richard Navarro avec lequel il reprend un plaisir certain à jouer, beaucoup en improvisation. Quelques années à la Cité de Sassenage plus tard, il crée la compagnie des Bleus de Sassenage qui produira 27 spectacles, dont 3 qu’il écrit et 12 qu’il met en scène. En 2013, il crée le festival de théâtre en plein air « A la Bastille » du 1er au 15 août, sur une casemate du fort de Grenoble, festival fort de 30 spectacles  lors de sa troisième édition. Enfin en 2015, création de la compagnie de théâtre Multiplicolore pour porter son nouveau projet, Phèdre dans lequel il joue Théramène.

– 2007 Propriété condamnée de T.Williams – mise en scène de trois pièces en 1 acte.
– 2008 L’ouest, le vrai de Sam Sheppard – mise en scène et jeu.
– 2008 Cinq filles couleur pêche d’Alan Ball – mise en scène.
– 2009 La vérité toute nue de David Lodge – mise en scène.
– 2009 Emmaüs, 60ème épisode, l’aventure continue – écriture et mise en scène.
– 2009 10 petits nègres d’Agatha Christie – jeu
– 2010 Morts de rire – jeu.
– 2010 Lui de Philippe Djian – mise en scène et jeu.
– 2011 Marius de Marcel Pagnol – jeu.
– 2011 Après la pluie de Sergi Belbel – mise en scène.
– 2011 Melusik, 160 ans d’harmonie de Sassenage – coécriture et mise en scène.
– 2011 L’atelier de Jean-Claude Grumberg – jeu
– 2012 Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio – jeu.
– 2012 Faut pas payer de Dario Fo – Mise en scène.
– 2013 Cyrano de Bergerac, texte intégral, 25 comédiens – mise en scène.
– 2014 Mort accidentelle d’un anarchiste de Dario Fo – jeu
– 2015 Les tribulations d’un mâle abandonné de Frédéric Defresnne – mise en scène.
– 2015 Burn Août de Philippe Bazatole – écriture, mise en scène et jeu.
– 2016 Phèdre de Jean Racine – Mise en scène et jeu.